“Autour de l’écriture”…avec Philippe Meirieu et Wilfried N’Sondé

ActualitésCommentaires fermés sur “Autour de l’écriture”…avec Philippe Meirieu et Wilfried N’Sondé

Deux regards sur l’écriture, celui d’un pédagogue, Philippe Meirieu, et celui d’un romancier, Wilfried N’Sondé, se sont croisés lors d’une rencontre organisée par l’école jeudi 25 avril devant un public d’élèves, d’enseignants et de parents.

Le sujet abordé « Que nous apprend la littérature ? » les a amenés à raconter leur propre cheminement et le pouvoir immense de l’écriture. « Elle réinvente le monde et nous fait voyager dans l’espace et le temps » observe Wilfried N’Sondé. Pour preuve, son dernier roman, “Un océan, deux mers, trois continents”, voyage entre Lisbonne, Rome, le Brésil et le Congo au XVIIe siècle. L’imagination, évidente pour un romancier, est aussi la meilleure compagne de l’essayiste, « elle m’a permis de découvrir d’autres méthodes pédagogiques » raconte Philippe Meirieu. Et puis quand la vie bouscule, confronte aux échecs, aux déceptions et nous oblige parfois à tout remettre en cause, l’écriture est la meilleure alliée pour accompagner la réflexion et mettre des mots sur les maux. Ainsi Philippe Meirieu raconte ses premiers échecs en tant qu’enseignant avec un élève qu’il n’avait pas réussi à intégrer et comment cela a éveillé chez lui le désir de chercher, de comprendre et de témoigner. Son premier livre, “L’école, mode d’emploi”, sortira après cette expérience difficile. « L’élève m’a beaucoup aidé et l’écriture m’a beaucoup aidé » observe-t-il. Il confie également le traumatisme lié à l’anorexie de sa fille qui l’a fait avancer non seulement en tant que parent mais aussi en tant que pédagogue. Parce que l’anorexie peut aussi s’envisager comme un refus de toute nourriture culturelle et intellectuelle. Avec des questions parallèles : comment redonner le goût de vivre à un enfant qui l’a perdu et comment faire apprendre à des élèves qui n’en ont pas envie, qui s’ennuient ? Dans tous ces moments-clés, l’écriture a été là. Une écriture exigeante parce qu’écrire est un travail d’artisan. Tous les deux ont d’ailleurs insisté sur la notion de temps, du temps pour mûrir un projet, le coucher sur le papier et améliorer sans cesse, avec lenteur. « Méfiez-vous de ce qui est rapide et facile ! a conseillé Wilfried N’Sondé. Par contre ce qui s’annonce d’emblée difficile et long est très certainement intéressant ». Parce qu’à l’inverse de notre époque, « l’écriture prend son temps ».

© 2016 École domaine du possible Tous droits réservés. WordPress theme by Dameer DJ.